…  des enfants, des vacances, beaucoup de mouvement et, un peu de couture à mon rythme.

Ce rythme créatif qui, chez moi, n’est régit par aucune règle. Un rythme de blog dépourvu de toute pression… ça, vous l’aurez remarqué :-)

Ici, la pile de tissus dédiée était déjà prête l’été dernier, avec ses rouges, ses fleurs, ses unis, ses pois et même, ses carreaux. MAIS… pas eu le temps de lui faire son affaire à l’époque. Oh, je ne suis plus à une année près ! Empaquetée telle quelle dans l’un des cartons de déménagement, ladite pile m’a littéralement sauté au cou dernièrement, j’ai donc voulu fêter dignement nos retrouvailles. A part 2-3 rallonges de métrage nécessaires sur certains coupons, je n’y ai rajouté qu’un seul nouveau tissu. Ce qui veut dire que mon défi (seule règle actuelle, cf intro du billet précédent) de faire fondre mon inavouable stock de tissus est encore d’actualité.

Ce qui l’est moins en revanche, vous vous en doutez… c’est l’adéquation saison/production. Enfin vous me direz, en général, en été, je couds « de l’été », et en hiver, je couds « de l’hiver »… ça OK. Mais la question est juste de savoir quand tout ça va aboutir et (éventuellement, pas toujours) se ponctuer par un billet.

Me voilà donc aujourd’hui, pimpante derrière mon écran … l’air de rien, sifflotti-sifflottant, avec mon billet estival qui, vous le verrez, est plutôt du genre… plein de dos nos, de fines bretelles, de manches courtes et de soleil. Et à vrai dire, ça ne me gêne pas du tout… (mais alors… pas-du-tout !).

Oui parce que pendant que toute bloggueuse digne de ce nom fabrique cartables, trousses et tabliers de rentrée, pendant que toute créatrice normalement constituée se demande bien de quel couleur sera le futur manteau d’hiver home-made, et pendant que les collections Fall/Winter 2012-2013 lèvent le voile…. moi, je viens seulement de prendre des photos avec ma grande fille et de charger les élues sur le blog.

Pas de doute, je suis en décalé.

A moins que… ah oui c’est ça… bon sang mais c’est bien sûr : en fait, je suis très très en avance pour l’été prochain.

Donc en fait, l’été prochain, il y aura :

———-

———-

A – Des tops et tuniques

 

1/ Une tunique plissée à grosse goutte dans le dos

 

Tunique hybride entre les modèles ALULA et ALHENA (Grains de Couture pour Enfants), en lin gris clair (Mondial Tissus), et imprimé rouge à pois blancs (Fat Quarter Shop).

Dans les mois qui ont suivi la parution de « mon » livre … j’ai fait, comme qui dirait, une petite réaction allergique. Mmmhhh… oui, c’est ça. Un sentiment de… pfffff. J’ai over-dosé. Pour plusieurs raisons. Entre autres, des modèles sur lesquels j’avais si longtemps travaillé, et qui comme ça, pouf, d’un coup, n’étaient plus « mien ». J’ai du mal à vous l’expliquer. Sans compter le côté « critique » que j’ai très vite mis en application, avec le recul, sur mon propre ouvrage, mes propres créations, mon propre style. Accompagnée de près par cette sensation de toujours pouvoir faire mieux, faire moins ceci, ou plus cela…

Bref. Pendant un temps, je ne pouvais plus voir mon livre en peinture.

Et puis cet été, pour tenter de me débarrasser de cette dépression post-livrum, j’ai entamé la phase thérapeutique. Mon médoc : j’ai eu envie de me ré-approprier ce livre. Le mien donc… mais un peu comme si celui-ci ne venait pas de moi. Comme si j’ouvrais celui-ci pour la première fois, avec un regard neuf. Et surtout, un oeil plus naïf sur les modèles. Avec cette question que je me pose systématiquement lorsque je me trouve face à un patron : « qu’est ce que je pourrais bien en faire » ?

Et alors là, c’est marrant… car le naturel est très vite revenu au galop. En fait, que je vous explique…  : suivre un modèle à la lettre me convient finalement assez peu, car j’ai juste l’impression de suivre bêtement une recette de cuisine. Le seul choix des tissus et des couleurs me satisfait guère. Je me sens à l’aise dans un « autrement », car j’ai l’impression d’y laisser un peu de « moi ».  Par conséquence, j’ai tout de suite eu envie de modifier les modèles du livre (« les miens » il parait…), de changer un truc, ou deux, ou trois, ou … carrément de les relooker, ou de les mixer entre eux.

Si on regarde bien, c’est le sort que je réserve souvent (si ce n’est systématiquement) aux patrons Citronille, C’est Dimanche, les patrons japonais, etc … que je modifie tout le temps d’une façon ou d’une autre, même si ce n’est pas toujours justifié ou du plus bel effet. Sauf que là, avec Grains de Couture,  j’ai eu envie de « remettre du moi dans du moi ». Ouh laaa, une histoire purement égocentrée finalement, pfoouu, quelle horreur ! Pardonnez-moi.

Blablabla… tout ça pour dire que cette tunique est un mélange entre les robes ALULA et ALHENA du livre Grains de Couture pour Enfants.

Plus précisément, il s’agit d’abord d’une ALULA sans col , dont la double-goutte du dos est devenue simple-goutte, mais plus imposante. Ajouté à cela 2 manches doubles ailettes/papillon. Rappelons aussi qu’ALULA est une robe qui tourne avec 3 plis plats devant. Pour corser l’affaire et donner un peu plus de structure et d’ampleur, je lui ai fondu les 2 plis plats latéraux de la robe ALHENA au niveau de chaque épaule. Ce qui nous fait … au total … 5 plis plats répartis sur toute la largeur du devant ( et 2 plis plats latéraux au dos). Le modèle ALULA de base ayant une coupe assez ajustée au niveau du buste, l’ajout des plis plats supplémentaires d’ALHENA ne fait pas trop montgolfière (selon moi).

Je pense pouvoir être en mesure de vous expliquer la fusion ALULA/ALHENA prochainement dans un mini-tuto sur le blog Grains de Couture Story (je vous mettrai un lien direct ici dès que ce sera prêt).

Et dernière chose : pour améliorer les finitions, j’ai rajouté un biais tout autour des parementures (au lieu du surfilage/surjetage habituel). J’aime tout particulièrement peaufiner mes envers. C’est un petit effort pour une partie peu visible, certes, mais pour moi, ça vaut le coup.

———-

2/ Une tunique froncée en Liberty

 

Tunique à encolure froncée (bidouillage), en Liberty Claire-Aude rouge (La Droguerie). Déco personnalisée en flex vinyl thermocollant rouge (Chtiscrap)

Bon, alors… cette tunique est un bidouillage-maison, car je n’avais pas de modèle « tout-cuit » sous la main. Ce bidouillage est en résumé le seul truc qui vient de « moi » dans l’histoire, parce que la coupe en elle-même… on ne peut pas dire que je me sois fortement creusée. Elle est tout ce qu’il y a de plus classique, et surtout, tout ce qu’il y a de plus à la mode en ce moment.

Ce type de tunique se retrouve dans bon nombre de boutiques de prêt-à-porter, mais sur la blogo, cette coupe est plus connue sous le nom d’un patron existant : le modèle « Marie » de Citronille, si charmant avec ces multiples possibilités. C’est un patron que je n’ai pas, et comme je ne saurais attribuer une réelle maternité créative pour ce style de modèle intemporel, je me suis permise une approximation personnelle.

Pour m’en rapprocher (je m’adresse aux bidouilleuses), une simple observation d’une tunique similaire aperçue au Monop’ mène à conclure qu’il suffit de partir d’une base « raglan » (n’importe laquelle), et hop. On peut jouer sur l’élargissement des empiècements pour augmenter le niveau de fronces (tuto chez Mimosette), raccourcir les manches (tuto Sous le Figuier), ou encore approfondir l’encolure pour un style encore plus féminin. Après, fin du fin (j’en suis pas encore , et encore moins ), on peut aussi smocker l’encolure « à l’ancienne » (comprendre « à la main »), c’est trop trop beau… c’est ma fixette du moment, sauf que je n’ai pas eu le courage de me lancer.

———-

3/ Une maxi-tunique qui tourne

 

Maxi-tunique issue du modèle ASCELLA (Grains de Couture pour Enfants), en plumetis écru (sans doute from Toto) et Liberty Meadow rouge-prune (Stragier)

C’est à ASCELLA que je m’attaque à présent. C’est une base « raglan » elle-aussi, et je lui ai fait sa fête en la guidant tout doucement, une fois de plus, vers une sorte de « Marie » de Citronille, mais en 1254587 fois plus large.  Une ampleur de dingue je voulus, une ampleur de dingue j’obtenus (heu… j’obtins). Déjà qu’en la matière, ASCELLA « se la pose là », mais en lui rajoutant des fronces, je ne vous raconte pas. Enfin si, plutôt, je vous raconte….

(là, normalement, en dessous, il y a un diaporama… )


album photo créé par shoobidoowap sur ComBoost site photo spécialiste du livre photo

L’ampleur est donc accrue du fait des 3 panneaux en forme de « trapèze » constituant les devants et dos d’Ascella. Alors forcément, des fronces par là-dessus, avec une petite fille joyeuse qui rêve de virevolter, woouuf … ça décuplent l’effet.

A expérimenter avec un tissu très fin et plutôt souple, pour faciliter le « fronçage » et améliorer le « tombé ».

———-

4/ Un top au dos croisé et “col de chouette”

Tunique issue du modèle F du livre japonais « Fashionnable Dress Like Girls » (livre 296 chez JCA), en tissu imprimé graphique écru à pois rouges et chocolat (Lydie Confiture), et Liberty Claire-Aude rouge (La Droguerie)

Modèle de petite tunique japonaise (ici et ) ouverte  et croisée au dos, tout à fait mignonne. J’ai rajouté un col de chouette, j’ai trouvé cette idée en farfouillant sur Pinterest, je trouvais ça marrant. Mais la prochaine fois, je tenterai la même chose sur un tissu uni,  je crois que ce sera mieux.

Tout comme pour la tunique Ascella/Alhena ci-dessus, la parementure a été bordée d’un biais, pour une finition plus proprette.

———-

5/ Une tunique en lin blanc à larges bretelles froncées

Tunique à bretelles (maison) en lin ciré blanc (vente ponctuelle « Ô Bonnes Mères »)

Voici la source de mon inspiration : No Sin Valentina. Je n’ai pas cherché à reproduire texto ce que j’y ai vu … simplement, ce petit côté poétique m’a complètement envoutée. A tel point qu’il fallait que ça ressorte d’une manière ou d’une autre avec ce dernier morceau de lin ciré blanc qu’il me restait.

Il s’agit (encore) d’une tunique style « Marie » sur-froncée à encolure profonde (à partir d’une base raglan standard), mais cette fois, le dos a été complètement revu pour le transformer en dos nu à bretelles.

Devant, j’ai rajouté des mini-mini plis religieuses, ou plutôt, des coutures « nervures ». En lisant de mode d’emploi de ma MAC (si si, ça m’arrive !), j’ai découvert qu’en utisant le pied de biche pour « ourlet invisible » de façon détournée (le mien ressemble à ça), on pouvait faire ce genre de petite chose toute fine, surtout que c’est jouuuuli comme tout !

———-

6/ Une tunique à manches longues

 

Tunique issue du modèle ALHENA (Grains de Couture pour Enfants), en popeline « rouge fané » (Entrée des Fournisseurs), et imprimé chocolat à pois (Etoffe des Héros)

Et bien si, finalement, on peut dire que je la tiens ma tunique de rentrée en CE2. Sauf que cette semaine, il a fait doux, limite très très chaud, donc les manches longues attendront.

Il s’agit du modèle de robe ALHENA du Grains de Couture, raccourci en tunique. Le col a été affiné d’un poil et les manches ont été rallongées. J’ai également ajouté un plastron ton sur ton pour apporter un peu de structure entre les deux plis creux latéraux.

———-

———-

B – Des robes

7/ Une robe tube dos nageur

 

Robe tube dos nageur (maison), en coton imprimé « Cogolin » rouge (La Droguerie)

La forme de la robette a été complètement dessinée à main levée (une sorte de tube), suite à une prise de mensurations précises, pour que tout glisse dans la robe facilement, à l’enfilage comme à l’usage.

Le dos nageur, c’est le petit côté qui me fait fondre en ce moment.

———-

8/ Une robe Milàno

 

Robe Milàno (C’est Dimanche), en batiste de coton ardoise (cadeau), et imprimé graphique à pois rouges et chocolat (Lydie Confiture)

Une petite Milàno de C’est Dimanche, avec quelques ajouts mineurs : une patte ton sur ton devant coincée entre les deux larges bretelles, des passepoils plats qui courent le long du devant, et deux petites pattes déco en guise de fausses poches.

Ce qui me plait dans ce modèle, c’est sa simplicité, ses larges bretelles, et la façon dont il dégage joliment la nuque avec sa petite encolure carrée.

———-

9/ Une robe plissée rouge à dos nu

Robe issue du modèle VEGA (Grains de Couture pour Enfants), en popeline rouge (Toto).

Toujours dans ma quête de réappropriation des modèles du livre, je me suis attaquée à VEGA.

VEGA a ici été raccourcie en top.  J’ai conservé le devant avec ses plis rabattus qui retombent comme des pétales de fleur sur les côtés.

Et j’ai complètement changé le dos. Au lieux d’être simplement élastiqué, celui-ci est finalement constitué de deux pans arrondis, froncés, croisés et boutonnés l’un sur l’autre au niveau d’une bande passepoilée. L’effet dos-nu est toujours aussi vertigineux, mais plus organisé.

———-

———-

C – Des shorts et combi-shorts

10/ Un combi-short à carreaux

Combi-short, sur la base du modèle f du livre japonais « Onna no ko no odekake fuku » (ref 279 sur JCA, « Petites Filles Modèles » en version française), en tissu vichy moyen rouge (Toto), passepoil vichy fin (Mondial Tissus), et imprimé floral japonais (Les Mains des Nuages, Lyon)

J’avais une idée bien précise de la forme de combi’ que je voulais pour ma fille, mais je n’avais pas envie de patronner de « zéro ». Je suis donc partie du joli petit modèle f du livre japonais 279 (ref JCA), et finalement, il n’y avait plus grand chose à faire : ajout d’un empiècement devant-haut et ajout de poches italiennes. J’ai aussi modifié le système de mise en place des bretelles. Le petit plastron en tissu japonais floral(que j’adore, et que j’avais initialement réservé à la déco de ma maison – l’ancienne – ) coupe finalement le « trop-plein » de carreaux du vichy, et ça vitamine le tout.

———-

11/ Un short Ella

Short Ella (Papillon & Mandarine), en popeline verveine (France Duval Stalla), imprimé graphique blanc-gris-rouge (Fat Quarter Shop)

Malgré le fait que je m’étais dit « Plus d’achats de patrons avant longtemps » – rapport au stock aussi inavouable que celui qui concerne les tissus – je me suis doucement laissée allée vers une petite dépense (raisonnable). Le problème se situe finalement sur l’imprécision du mot « longtemps », associé à une notion de durée indéterminée. Notion derrière laquelle j’ai bien mis ce que j’ai voulu. Oui, après tout, indéterminé pouvant aussi dire « court, mais imprévu, non anticipé » … héhé.

C’est donc sur 2 nouveaux patrons Papillon & Mandarine, (by Karine du blog du même nom), jeune marque fraîchement née au printemps, que j’ai craqué. Ici, il s’agit du short Ella. Il a tout d’un « grand », tant sur le plan de la coupe que sur le plan des finitions. Il est super bien taillé, il y a des petits détails mignons. Son élastique réglable le rend ultra-seyant, et… ce qui plait aux couturières : les explications de montage sont généreuses, claires, et précises. Encore mieux : il me semble que je suis loin d’être la seule conquise dans l’histoire, clic-clic.

Essayer, c’est l’adopter moi je dis !

Même que je l’imagine déjà en version hiver…

———-

———-

E – Des jupes

12/ Une jupe à poche suspendue

 

Jupe à poche (maison), en lin gris perle (Mondial Tissus), vichy moyen rouge (Toto) et imprimé rouge à pois (La Droguerie)

Il s’agit d’une jupe toute simple mais extra-large (2x la largeur de laize, soit 2x140cm de circonférence), pour que ça tourne. La grosse poche « suspendue » est positionnée sur 2 rubans, chacun d’eux étant « coincé » dans les coutures latérales de la jupe.

———-

13/ Une jupe à volants

Jupette à volants, sur la base du tuto de Papillon & Mandarine, en Liberty Meadow rouge-prune (Stragier)

Je n’ai pas tout à fait suivi le tuto de Karine, il y a un mélange avec le tuto d’Anaïk je crois… mais, à vrai dire… je ne sais plus trop pourquoi (conséquence de laisser passer un délai très long entre la phase-couture et la phase-billet : je gatouille). Enfin de toute façon, ça rend bien, et ça plait aux petites filles :-)

———-

14/ Une jupe toute simple

Maxi-jupette (maison), en batiste imprimée « Petits fruits rouge » greige (La Droguerie), et Liberty Mitsi bleu (Stragier)

Cet imprimé « petits fruits rouges », c’est le seul nouveau coupon de la bande, acheté la semaine dernière seulement. Ce n’était pas franchement prévu, mais … bon… je ne vous fais pas de dessin : il est tout doux, et sa succession de tous-petits motifs avec une pointe de rouge m’a tout de suite tapé dans l’oeil. Emballé, c’est pesé. Il a fini en jupe, même pas une chute, rien.

———-

———-

F – Des polos, teeshirts et débardeurs en jersey

15/ Un teeshirt loose “oiseau”

Tee-shirt loose (maison), en jersey gris clair chiné (Mondial Tissus), et Liberty Tatum rouge (?). Déco personnalisée en flex vinyl thermocollant rouge et doré (ChtiScrap)

Déco choisie par ma fille, satisfaction immédiate. Le tee-shirt dégouline un peu sur l’épaule, ça fait « fashion », et manifestement, elle adhère… Mais lorqu’elle passera ses journées à replacer correctement l’encolure trop lâche sur son épaule, on en rediscutera :-)

———-

16/ Un débardeur dos nageur “chat”

Débardeur dos nageur sur la base du modèle ALIOTH (Grains de Couture pour Enfants), en jersey de bambou stretch gris-taupe (stock pro). Déco chat « transfert » perso.

ALIOTH (Grains de Couture…) s’est fait faire une petite coupe.

En effet, je voulais ALIOTH en jersey, mais pour cela, ce débardeur-marcel devait être très ajusté. J’ai donc ratiboisé sévèrement les côtés. L’intérêt du jersey : 1/ le modèle peut donc être très près du corp et 2/ pas besoin de patte/bretelle boutonnée sur l’épaule, puisque l’extensibilité de l’encolure suffit en elle-même pour laisser passer la tête à l’enfilage.

Pour le chat, aaah, ce petit chaton, je l’aime bien. Je suis loin d’être graphiste, je ne le suis pas pour un sou d’ailleurs. Mais la bidouille, ça, je connais. Une fois de plus, je n’ai rien inventé, mais pour celles qui pensent être intéressées, ça vous évitera de chercher, je vous explique brièvement.

Il s’agit d’une image trouvée sur le net (une photo-couleur classique) que j’ai ensuite retouchée sous Photofiltre (ne me parlez pas de Photoshop, c’est du chinois) pour en récupérer une bichromie (ici, du N&B). J’ai ensuite imprimé l’image sur un papier-transfert pour tissus clairs, j’en ai découpé les coutours, puis j’ai transféré l’image ainsi obtenue sur mon marcel, au fer chaud.

Effet « sérigraphie » garanti, et perso, je suis accro.

          Ah oui et au fait, les bords du marcel sont roulottés/volantés à la surjetteuse.

———-

17/ Un teeshirt loose “texte”

Tee-shirt loose (maison) en jersey fin gris chiné (Mondial Tissus). Déco-texte personnalisé en flex vinyl thermocollant fushia (Chtiscrap)

Ca s’appelle un « tee-shirt participatif » (ne cherchez pas dans google, je viens d’inventer). Il est issu d’un petit tête-à-tête « brain-storming » avec ma puce, fort agréable et très marrant.

L’idée m’est venue de ce site (découvert chez Anaïk je crois) où l’on peut se faire fabriquer un joli tableau-tendance-déco personnalisé avec un texte, des mots ou des expressions qui nous représentent, nous, ou notre vie . Et bien là, dans le même esprit, j’ai demandé à ma fille de verbaliser tout ce qu’elle aimait, aujourd’hui, avec ses mots d’enfant. La liste est longue, on a fait un choix, on a rigolé aussi, puis j’ai mis ça en page et hop, dans la craft‘.

———-

18/ Un polo manches chauves souris “portraits”

Polo manches chauve souris (maison), en jersey blanc (Mondial Tissus). Déco personnalisée « transfert ».

Coupe « free-style » sans grand danger (depuis que j’ai compris que c’était la mode des pulls informes, je décomplexe sur mes essais !). Objectif dans « l’informité » : obtenir un visuel à la fois loose et chauve-souris, avec une encolure style bénitier. Le résultat me laisse sceptique, mais on va dire que c’est mettable.

J’ai récidivé avec une personnalisation au transfert, plus coloré cette fois. J’avais en tête une compo’ graphique en utilisant des portaits de ma fille, dans des bichromies différentes.

Idem que pour le chat, on est dans du Photofiltre de base pour utilisatrice de base : choix des photos, recadrage des portraits sur un format carré, retouches en bichromies, composition en 3×3, un petit texte, on envoie en impression sur papier-transfert, et hop… au fer chaud sur le polo.

———-

———-

G – Une veste

 

19/ Une veste « va avec tout »

Veste issue du modèle h du livre japonais « Onna no ko no odekake fuku » (ref 279 sur JCA, « Petites Filles Modèles » en version française), en matière complètement indéterminée beige (je dirais une sorte de polyester/lycra) (Mondial Tissus), et imprimé écru à pois rouilles (Fat Quarter Shop). Pointe de Liberty Claire-Aude rouge (La Droguerie)

La veste japonaise h en question (versions ici sur JCA) a une coupe basique. J’ai hésité à refaire une « Isild » de Citronille (déjà faite à mes débuts –> d’ailleurs, j’en reviens pas, ça fait déjà près de 4 ans… et cette veste est toujours portée ndlr : chez nous, les vêtements se refilent de soeurs en soeurs). Les deux modèles se ressemblent et j’apprécie leur coupe « va avec tout ».

J’ai cependant ajouté des passepoils, rallongé les manches (initialement 3/4), pour ensuite y ajouter des revers « pétale » fixés par un biais en Liberty.

(edit du 18/09 : j’ai trouvé un lien de tuto pour ce type de manche – merci Pinterest – La mienne est légèrement différente dans son montage, mais l’effet reste le même)

Toute la veste est entièrement doublée (pour info, le modèle initial a juste des parementures).

———-

———-

H – Des accessoires

20/ Un bandeau en Liberty

Bandeau (maison), en liberty Meadow rouge-prune.

 Je ne vous ai pas pris en photo le bandeau à plat, ça n’aurait pas eu grand intéret.

Vous trouverez plein de tutos de bandeaux en googlisant l’affaire, j’en suis sûre ;-)

 

———-

21- Un chèche rouge à fleurs

Chèche rectangle en batiste imprimée Cogolin rouge et batiste Daisy coquelicot (La Droguerie) et dentelle blanche (mercerie locale)

RAS, un chèche quoi…

———-

22- Un chèche en Liberty

Chèche rectangle en Liberty Meadow rouge-prune (Stragier) et vieille dentelle de famille

Encore un chèche (juste en passant, hum… je l’ai déjà piqué aux filles… –> ce n’est pas moi sur la photo par contre hein, hin hin).

———-

23/ Un maillot de bain

Maillot de bain issu du modèle Poopoopidoo (Papillon & Mandarine) pour le bas – et « maison » pour le haut, en Liberty Claire-Aude rouge (La Droguerie), imprimé rouge à pois (La Droguerie), imprimé à fleurs Cogolin et Daisy coquelicot (La Droguerie).

Ici, vous pouvez voir ma petite dépense n°2 chez Papillon & Mandarine, avec le modèle de maillot de bain Poopoopidoo, utilisé pour le bas seulement.

Pour le haut, c’est une impro autour d’un gros noeud. Le tout est maintenu par un élastique recouvert au dos, et des fines bretelles à nouer autour du cou.

(edit : j’ai retrouvé le lien de mon inspiration, c’est là… un truc qui tourne aussi sur Pinterest)

Je crois que j’ai prévu un peu juste pour la taille, mais j’ai déjà cru comprendre que la misstinguette qui suit derrière serait ravie de récupérer le maillot de bain de sa grande soeur.

———-

———-

Bon, voilà, that’s all falks... je vous libère.

A bientôt !

———-

Juste pour info.

Il se trouve que j’ai actuellement un petit stock de livres « Grains de Couture pour Enfants » à la maison.

Très (très très) exceptionnellement, et si ça vous tente, je peux éventuellement envisager de vous proposer le livre à la vente… avec une petite dédicace perso en bonus (tant qu’à faire… )

Si vous pensez que cette idée peut vous intéresser dans les semaines qui viennent, pour vous-même, ou pour offrir (why not), dites-le moi (c’est sans engagement pour l’instant bien sûr), afin que je sache si ça vaut le coup que je mette ça en place ou non.

Pour les éventuelles « partantes », je vous laisse me contacter par mail : grainsdecouture@gmail.com (à cette adresse-là uniquement SVP, surtout pas celle du blog, et encore moins en commentaire). Iintitulez votre mesage par quelque chose du genre « Intéressée par la vente du livre » [comme ça, ça me permettra de mieux cibler ce projet dans ma messagerie].

Puisque je n »en suis encore qu’au stade « sondage », inutile de vouloir réserver un exemplaire aujourd’hui. On verra ça en temps voulu. Je vous préviendrai de toute façon.