Ivanne.S | Ivanne S, article choix de la bonne taille en couture, comparatif des barèmes de tailless, patrons de couture
Ivanne S, article choix de la bonne taille en couture, comparatif des barèmes de tailles, patrons de couture
Ivanne S, article choix de la bonne taille en couture, comparatif des barèmes de taille, patrons de couture
7365
page-template-default,page,page-id-7365,page-child,parent-pageid-7359,et_monarch,unknown,ajax_updown_fade,page_not_loaded,,columns-3,qode-product-single-tabs-on-bottom,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

Une histoire de TAILLE et de BIEN-ALLER

Comparatif des barèmes « FEMME »  utilisés en couture

Patrons différentes marques

 

J’ai décidé de mener cette mini étude comparative pour 2 raisons majeures :

– la 1ère… : dès vos premiers pas dans l’univers des patrons « Grains de Couture« , et plus particulièrement ceux pour femmes… j’ai été très fréquemment notifiée concernant votre ressenti sur la façon dont semblait tailler mes patrons (aucun problème relevé sur les patrons hommes pour l’instant, trafic fluide, youpi… mais quelque chose me dit que je ne suis pas étonnée). Concernant les modèles Femmes, pour certaines, tout va très bien super, pour d’autres ça taille un poil petit, et pour une 3ème catégorie de personnes, c’est plus compliqué ou douteux (ça taillerait vraiment trop petit). Je m’y attendais… Figurez-vous que j’ai déjà fait un 1er livre de couture dans le domaine de l’enfant (ah bon ?) et que les retours n’ont pas manqué au sujet des tailles (de « ça taille top-super-bien » à « ça taille trooop grand »). Je sais aussi par expérience que la couture « femme » est encore plus complexe en la matière… (notre taille n’évolue pas comme celle d’un enfant, inutile donc d’espérer pouvoir refiler une plantade-de-taille au petit frère ou à la petite soeur, ou de la porter plus tard dans l’attente qu’on grandisse un peu…!) Le niveau d’exigence esthétique et de « montrabilité » est aussi plus élevé lorsque l’on coud pour soi. Je suis donc habituée, et surtout préparée. Pour limiter les questionnements de ce genre avec le livre « Hommes-Femmes »,  j’avais justement pris grand soin de tout expliquer à ce sujet (3 pages de chapitre technique). Force est pourtant de constater que pour certaines d’entre vous, les représentations mentales en matière de tailles commerciales sont vraiment plus fortes que tout, et ce malgré un positionnement du livre clairement « déculpabilisant » et (je l’espère) pédagogique à ce sujet. Je me dis alors que cela ne suffit pas encore, que le job mérite encore d’être complété, et qu’une publication montrant les différents barèmes utilisés par les marques de couture pourra peut-être vous permettre d’avoir une approche des tailles plus avertie, plus sereine, plus détendue, avec davantage de recul :-)

– la 2ème : en tant que couturière passionnée et utilisatrice de marques de patrons (classiques ou indépendantes), mais aussi en tant que créatrice de patrons à mes heures, ça m’intéressait de pouvoir comparer les barèmes existants. Autant vous en faire profiter. Je l’avais déjà fait sur le plan global avant de me lancer dans le patronage des modèles Grains de Couture, je me revois d’ailleurs hésiter longuement sur mon choix de standard, car je savais que cela conditionnerait tout le reste, ainsi que votre ressenti. Aujourd’hui, c’est l’occasion de le faire plus proprement  Est-ce que les différences sont si grandes que ça (ou pas) entre les marques ?  Et surtout, suis-je vraiment si « à côté de la plaque » avec des patrons Grains de Couture – Femmes trop petits ? Si oui, à quel point ? Et si c’était à refaire, je referais quoi ?

Regardons un peu de plus près, cela pourra peut-être vous aider.

Patrons étudiés 2

Méthode 

Il y avait des tas de façons de faire cette comparaison, je suis allée au plus simple. J’ai pris tous les patrons que j’avais sous la main (stock perso et recherches internet), j’ai répertoriés tous les tableaux de mensurations, puis j’ai essayé de les faire coïncider en faisant un parallèle par type de mensuration : 1/ tour de poitrine, 2/ tour de taille, et 3/ tour de bassin (je n’ai pas traité les mensurations plus « fines » telles que longueurs des bras, etc…). Toutes les références de patrons de couture pour femmes n’y sont pas toutes, c’est donc non exhaustif, mais cela donne déjà une vague idée des pratiques. Il me manque notamment les nouveautés anglophones (intéressantes cela-dit) et quelques marques françaises. Je précise également qu’étant donnée la nature de mon projet de livre et mon approche « peu pécuniaire » de la chose (je ne vous fais pas de dessin, inutile d’imaginer que je nourris ma famille grâce à mes livres), et hormis quelques investissements qui me semblaient obligatoires, je n’ai fait aucune démarche pour acquérir des barèmes payants (peu rentable dans mon cas). Ceux-ci auraient peut-être le mérite de mettre tout le monde d’accord, mais là n’est pas la question, en réalité, pour la problématique qui nous concerne.

BurdaNomenclature Burda

 

La principal difficulté pour mener à bien cette comparaison a été de gérer l’alignement des colonnes (catégorisation de tailles).  Là est tout le noeud de l’affaire !  En effet, entre les marques qui utilisent les dénominations type 36-38…, celles qui utilisent « S/M… » (regroupant globalement des paires type 36/38, mais pas toujours), celles qui sont sur le 7-8-9 (japonais) , le 6-8-10 (Burda, Vogues…) ou le 0-2-6… (anglophones…) celles qui n’ont pas le même « saut » entre 2 tailles (3cm entre 34-36 mais 5cm entre 44-46, alors que pour d’autres, les sauts sont identiques, 4cm la plupart du temps), et celles qui parlent d’un 34 pendant que d’autres, pour des mensurations similaires, parlent d’un 36… youpi. Donc rien que ça, ça en dit long… Ce qui explique qu’il n’y ait aucun libellé de taille en colonne de mes tableaux. Pour faciliter leur interprétation, un premier « calage » (alignement) des marques a été effectué selon les tours de poitrine semblables, pour qu’il y ait au moins une cohérence des colonnes à ce niveau —>  l’idée est ensuite de voir comment se comportent les tours de tailles et bassin qui en découlent. Je suis restée sur une comparaison visuelle des données, et mis à part le calcul d’une moyenne toute bête, je n’ai engagé aucun traitement statistique compliqué (même si c’est mon truc).

 

Grains de Couture - Comparatif Mensurations Tour de poitrine

Grains de Couture - Comparatif Mensurations Tour de taille

Grains de Couture - comparatif Mensurations - Tour de Bassin

Résultats

Au niveau du tour de poitrine

Grains de Couture est exactement comme tous les autres.  Donc pour coudre des petits hauts, des robes amples, ou des manteaux « flous », bonne nouvelle, vos habitudes de coutures (si vous en avez) ne seront a priori pas  modifiées ! Il semblerait aussi que cela corresponde assez à ce que l’on trouve dans le prêt-à-porter, et que la majorité des marques de patrons soient cohérentes sur cette mensuration (attention, cela ne tient pas compte du volume/bonnet de poitrine, ou des mensurations plus fines, telles que largeur d’épaule, longueur et tour de bras…).

Au niveau du tour de taille et de bassin

Il peut y avoir un petit delta. En effet, globalement, je relève un léger décalage dans le sens « mes patrons GdC taillent plus petits que les autres » à ce niveau du corps. Et encore, pas pour toutes les marques. Par exemple, Vanessa Pouzet et Grains de Couture taillons de la même manière (silhouette-type « taille marquée » –> sablier). Nous sommes aussi dans la lignée de la littérature « modélisme », ainsi que celle d’un document citant l’AFNOR. Un delta de 2cm est noté entre Grains de Couture et Deer & Doe (sur taille et bassin toujours), indiquant qu’à ce niveau, mes patrons sont plus petits de (seulement) 1/2 taille par rapport à ceux d’Eléonore. Le noyau principal des mensurations taille/bassin se situe autour des Burda, Simplicity, Vogue… (les classiques) et anglophones… plutôt consensuels entre eux, avec lesquels mes patrons montrent un décalage un peu plus marqué à la taille (4cm d’écart soit environ 1 taille d’écart *) qu’au bassin (2cm d’écart au bassin, soit 1/2 taille d’écart). Entre Grains de Couture et Aime Comme Marie, dont le barème a été globalement difficile à « calquer » sur les autres (regroupements de tailles et recoupements de certaines catégories de tailles), un écart d’1/2 taille est globalement relevé (sauf ponctuellement pour la plus petite taille qui présente 1 taille et 1/2 d’écart, au niveau de la taille seulement). Et enfin, il est intéressant d’observer les variations du barème de République du Chiffon (3 sources différentes) où Géraldine semble avoir « évolué » au cours du temps en faveur d’un tour de taille standard significativement augmenté entre la parution de son livre (« Un été Couture ») et celle du dernier patron-pdf RdC en date – mars 2014 (présentant un différentiel de 2 tailles de plus que Grains de Couture, mais à la taille seulement). La « silhouette-type » la plus récente de Géraldine présente donc une morphologies à la taille moins marquée, plus « droite » (+ rectangle)…

Verdict général  : globalement, sur les mensurations « taille/bassin », si l’on souhaite se coudre des « bas » (jupes, robes et vestes ajustées), on peut considérer que Grains de Couture taille en effet un poil plus petit, en moyenne d’une 1/2 taille, mais cela reste à étudier au cas par cas.

* à noter que Burda a subjectivement la réputation de « tailler grand »

Navigation dans l’article

Introduction : LIRE
Taille – Définition : LIRE
Comparatif des barèmes : LIRE
Tailles « Grains de Couture » : LIRE
Silhouette-type : LIRE
Méthode de choix de la bonne taille : LIRE
Seyant parfait : LIRE

Pin It on Pinterest

Share This