Ivanne.S | Ivanne S, article choix de la bonne taille en couture, seyant parfait, patrons de couture
Ivanne S, article choix de la bonne taille en couture, seyant parfait, patrons de couture
Ivanne S, article choix de la bonne taille en couture, seyant parfait, patrons de couture
7403
page-template-default,page,page-id-7403,page-child,parent-pageid-7359,et_monarch,ajax_updown_fade,page_not_loaded,,columns-3,qode-product-single-tabs-on-bottom,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

Une histoire de taille et de bien-aller

Vers un SEYANT parfait

 

5-7 min de bons réflexes seulement pour choisir la bonne taille, cela résout peut-être … aller… je dirais aux alentours de 60-70% des problèmes de SEYANCE (c’est une estimation à la grosse louche,  c’est variable d’une personne à l’autre). 5 min ultra efficaces, mais… cela peut encore s’avérer incomplet dans certains cas.

La seyance, le bien-aller, c’est bien sûr une question de choix taille, mais pas que…

Si l’on veut aller plus loin, les petits soucis « résiduels » ne se révèlent bien souvent qu’une fois le modèle cousu et essayé sur soi. Pas de bol ! Il faut donc aller « jusqu’à se tromper » pour se rendre compte…  Donc pour éviter les déconvenues et déceptions de dernière minute sur un modèle qui nous a non seulement coûté un magnifique tissu mais aussi, parfois, de magnifiques finitions … une seule solution : faire une couture d’essai rapide, un brouillon en quelque sorte.

Là, c’est clair que je ne vais pas vous « vendre » l’approche en vous disant qu’elle ne prend que 5 min. Mais si vous souhaitez être SÛRE de coudre un vêtement qui vous va parfaitement, c’est une phase incontournable. La version d’essai nécessite en effet un peu de temps, mais si elle est bien gérée, elle est hyper rentable (et rien comparé à un vêtement mal-fichu cousu pour… rien !).. Elle nécessite également une bonne dose de confiance afin de pouvoir détecter le défaut puis le corriger directement sur le patron. L’expérience s’acquiert avec le temps, et avec quelques techniques simples

Comment tester le patron efficacement sans perdre de temps, avec quoi, et dans quels cas + méthodes d’ajustements et corrections de patrons –> [livre Grains de Couture – Hommes et Femmes, Chapitre Technique  –  p135-141 ).
J’admets facilement moi-même avoir fait (ou pas) des versions d’essais « par dessus la jambe ». Et pour vous rassurer, cela m’arrive encore très souvent de ne pas me forcer, pour aller vite, par impatience, par fainéantise surtout (peut-être aussi par excès de confiance). J’ai les mêmes contraintes que beaucoup : le manque de temps. Donc soyez sûre que parfois, l’excès de vitesse prend le dessus. Et parfois, mais comme je regrette !!!!

tech_toile

Sans effectuer de version d’essai, on risque en réalité : (la notion de risque étant toujours relative en fonction des personnes, des morphologies, de la coupe des modèles plus ou moins « size sensible ») :

– de mal gérer les longueurs ou certaines largeurs (tours de bras…) – [voir livre Grains de Couture – Hommes et Femmes, Chapitre 5.3.1 p138, et chapitre 5.3.3 p139] qu’il s’agisse d’une question de stature, de confort ou de goûts personnels. A noter également que souvent, les tableaux de mensurations mentionnés par les marques de patron ne mentionnent pas les données plus fines ayant servi à construire les patrons, comme la largeur et la pente d’épaule, la hauteur du buste, le tour de cou, le tour de bras…. C’est vrai qu’on pourrait le faire (ceci-dit) …. Donc par exemple, si on a tour de bras plus fort que le standard, il est possible qu’une modification soit nécessaire à ce niveau, et on ne pourra le voir qu’à l’essayage.

– de mal gérer les questions d’aisance et donc d’exigence de confort parfois personnel [voir livre Grains de Couture – Hommes et Femmes, Chapitre 5.3.2 p138]. Il s’agit d’une question importante : un vêtement inconfortable risque de rester au placard, vous aurez cousu pour rien.

– de mal gérer le volume de poitrine : les patrons sont souvent conçus pour des bonnets B (parfois C). Les poitrines plus menues ou plus volumineuses devront alors vérifier le bon niveau d’ajustement à ce niveau en effectuant les modifications de patrons nécessaires. Une mauvaise anticipation du volume-poitrine peut aussi engendrer des problèmes de bâillement d’encolure pour les poitrines menues [voir livre Grains de Couture – Hommes et Femmes, Chapitre 5.3.4 p139 et chapitre 5.3.7 p140].
D’autres questions peuvent se poser, comme des problèmes d’inadéquation d’un modèle aux petites ou fortes poitrines (cela dépend parfois de la profondeur d’un décolleté) :  souvent, seule une version d’essai pourra le montrer clairement (et c’est aussi une question de goût personnel, donc vous seule saurez émettre un jugement).

– de ne pas pouvoir anticiper les problèmes de posture et de maintien du corps : la façon dont le vêtement  « tombe sur nous » dépend aussi beaucoup de la façon dont « nous nous tenons », sans jugement aucun (cambrure des reins, dos voûté, épaule droite, port de tête « danseur »…). A chacun son allure, et le meilleur des patrons ne peut pas toujours le prévoir. L’idéal est donc de tester, et d’éventuellement, reprendre « là où ça cloche ».

– de ne pas réellement savoir si le modèle convient globalement à notre style (goûts personnels) ou à notre morphologie. En effet, on peut « craquer » sur un patron dans un catalogue ou flasher sur ses détails originaux, alors qu’en réalité, la coupe n’est pas forcément très flatteuse sur nous. Mais encore faut-il (parfois) le tester et l’essayer pour le visualiser (tout simplement comme un essayage en cabine, après un coup de cœur en vitrine –> combien de fois je dois reposer un vêtement en rayon à cause de cela !), et éventuellement définir les modifications adaptées, si elles sont possibles.

Bien entendu, coudre une version d’essai n’est pas obligatoire (et heureusement !). Cela va dépendre, à l’instant t, du modèle en question et de sa coupe « size-sensible », de son usage, de notre morphologie, de l’importance que l’on accorde à l’allure qu’il nous donnera et surtout… de nos exigences, tolérances et degrés de perfectionnisme, de notre patience et de notre gestion du temps (c’est souvent ce dernier paramètre qui l’emporte sur tout le reste). Simplement, sans version d’essai (et surtout sans démarche réelle de recherche de la bonne taille), il faut être bien conscient(e) des risques que nos choix peuvent engendrer en matière de bien-aller :

diagramme risque ajustement[FIN DE L’ARTICLE]

Navigation dans l’article

Introduction : LIRE
Taille – Définition : LIRE
Comparatif des barèmes : LIRE
Tailles « Grains de Couture » : LIRE
Silhouette-type : LIRE
Méthode de choix de la bonne taille : LIRE
Seyant parfait : LIRE

Pin It on Pinterest

Partager