Revenons à mes coutures avec ce petit billet « à l’unité ». J’avais d’ailleurs limite oublié à quel point c’était rapide de rédiger un billet aussi court – toute proportion gardée bien entendu.

Une seule création qui se suffit à elle toute seule, pas besoin de plus : La Petite Robe de Vanessa Pouzet.

Me remettre à coudre les patrons des autres, ça me fait un bien fou ! Tout comme coudre des collections de vêtements assortis pour mes enfants, j’y entrevois quelques vertus très proches de celles de la naturo-thérapie. Sortir du « Grains de Couture » et du patron maison, ça me fait l’effet d’un petit séjour en vacances, d’une petite balade hors-piste très reposante, comme ça, tranquille. Bonheur.

Depuis que Vanessa Pouzet a sorti ce patron, je rêvais de le réaliser. Ca devait être en début d’année je crois, mais à ce moment-là, j’étais plutôt occupée avec mes propres patrons et à suivre leur lancement…. Léger décalage donc entre mes envies et mes obligations. Pourtant, imaginez-moi, dansant la joie à la lecture de cette phrase… : « La Petite Robe : une robe très couture (…), un modèle au fini pro (…) entièrement doublé (…), zip invisible intégré, aucune couture apparente… ».

Je ne sais pas vous, mais moi*, j’ai surtout compris que Vanessa avait conçu une robe juste pour MOI  … C’est trop sympa Vanessa, vraiment fallait pas :-)

* celle qui se pâme littéralement devant les finitions au top même si elles sont inutiles (et là, en plus d’être au top, elles sont UTILES, elles)

« La Petite Robe », patron de Vanessa POUZET, en lin corail/framboise (Mondial Tissus). Doublure en popeline rouge (Mondial Tissus). Finitions et imprimés : Liberty Betsy Fluo-thé (Motif Personnel ou Cousette), et fleuri rouge (La Droguerie, ancienne collection)

 

 

Pour ne rien vous cacher, le design de la robe n’est pas forcément dans mon « daily style », peut-être un poil trop « madame » pour mon look habituel. MAIS, bonne excuse … j’avais un mariage prévu ce mois-ci, une occasion toute trouvée pour sortir des sentiers battus.  Cela-dit, même sans mariage, j’aurais trouvé un autre argument … En effet, La Petite Robe a un je ne sais quoi d’hyper classe qui me faisait drôlement envie malgré cette légère contradiction avec mon dressing favorit. Pour paraître moins stricte et dédramatiser le truc, j’ai d’ailleurs essayé l’association de la présente Petite Robe avec une veste en jean, et franchement,  c’est impecc’, j’ai l’air plus cool, plus « moi ».

Techniquement, c’est accessible car très bien expliqué, et ultra-valorisant pour une couturière. Sous ses airs de ne pas y toucher, j’ai en effet découvert un chouette projet-couture. Derrière cette fausse impression de basique se cache en réalité un robe très travaillée. C’est déroutant d’ailleurs, parce que si l’on passe un peu vite, on ne comprend pas tout de suite l’intérêt de la méthode de montage. En fait, je vous résume : c’est essentiellement sur l’envers que ça se passe (d’où mon intérêt !), dans la présence, la qualité, l’intégralité ET surtout la tenue de la doublure que tout se joue. La subtilité n’est donc pas flagrante à l’oeil nu, et c’est ça que j’aime. Ca vaut le coup, et le résultat s’apprécie notamment à l’usage de la robe,  au porter, en machine, au repassage… où la doublure ne bouge pas d’un iota.

Par ailleurs, c’est pareil, on pourrait croire que le confort est un peu guindé et figé, mais que neni… La robe est très comfy, c’est à peine si je la sens sur moi grâce à une aisance intéressante (cela-dit, j’ai réduit quelque peu l’aisance initiale du patron pour que ce soit un peu plus « fit » sur moi, question de goût perso).

Choix de la taille : as usual… un compromis selon  mes mensurations –> Ma Petite Robe a été réalisée en T34 en tour de poitrine, T38 en tour de taille, T36 et demi en tour de hanches (+ une légère réduction d’aisance donc).

Personnellement, j’ai opté pour une doublure quasi-intégrale (sauf les manches, car je n’avais pas assez de tissu de doublure). Aucun soucis avec la pose du zip invisible intégré. Lorsque l’on a le pied de biche approprié – spécial zip invisible (le mien, c’est celui-là), je trouve ça même bien plus simple à poser qu’un zip normal.

Du coté des finitions complémentaires, bien entendu (si on me connait), on retrouve :

– une doublure « bi-goût » avec une parementure d’encolure imprimée, et le reste dans un tissu rouge. Un passepoil plat gris est posé à la délimitation entre les 2 tissus de doublure

– un large ourlet rapporté imprimé et passepoilé en bas de robe

– une doublure de bracelet de manche imprimée et passepoilée

– un bas de doublure de robe gansée d’une bande de Liberty (par pur plaisir là…)

Détails en image….

Voilà voilà…

Pour l’inspiration, vous trouverez plein d’autres versions de « La Petite Robe » sur le blog des Addicts de Vanessa Pouzet.